ID_CONTENT 69
LA LIBRE IMMO : L’effervescence se poursuit dans les agences immobilières.

18/06/2020 - Actualités

LA LIBRE IMMO : L’effervescence se poursuit dans les agences immobilières.

Rouvertes depuis un mois tout juste, les agences immobilières tournent à plein régime dans les trois Régions.

Obligées de fermer leurs portes le 18 mars, les agences immobilières du pays ont tourné au ralenti, voire pas du tout jusqu’au 11 mai dernier. Après un effet de rattrapage les deux premières semaines du déconfinement, la frénésie immobilière a gagné toute la Belgique. Les nouveaux mandats et les visites de biens se multiplient.

LI dossier agences 1 low.jpg

“C’est comme si on avait fermé la porte du marché pour ensuite la rouvrir en grand”, schématise Éric Verlinden, CEO du groupe Trevi. “Le marché s’est très vite remis en action et avec une belle homogénéité. Contrairement à plusieurs prévisions, les prix ne se sont pas écroulés.”

“Cette réponse immédiate et ce dynamisme sont à la fois extraordinaires et logiques”, estime Johan Krijgsman, CEO d’Era Belgique. “Après avoir eu des mois de réflexion, les candidats acquéreurs sont prêts et pressés de passer à l’action.” Chez Century21, 160
agences ont vu leurs voyants passer au vert.
“Nous sommes très contents de cette reprise”, partage Kim Ruysen, directeur opérationnel du réseau.
“Il ne s’agit pas seulement de dossiers en cours qui reprennent mais bien de nouvelles demandes. Nous avons énormément de visites, plus qu’avant le confinement. Certaines agences sont déjà bookées pour plusieurs semaines, en particulier en Ardenne et à la Côte belge. On constate que les clients se décident plus vite. Ils savent qu’il y a de nombreux acheteurs potentiels et négocient moins le prix. Les biens partent parfois au deuxième visiteur.”

Chez Federia, l’enthousiasme est également de mise. “Il y a un vrai boom au sein de nos membres.
Le volume de ventes est incroyable”, note Caroline Lejeune, présidente de la Fédération des agents immobiliers francophones de Belgique. “Il y a beaucoup de visites à Bruxelles, Namur ou Liège. Au niveau de l’immobilier de bureaux, de nombreux locataires envisagent une réduction de leur bail et de leurs mètres carrés pris en occupation. Ils se préparent à davantage de télétravail à l’avenir. Quant au segment commercial, il reste au point mort.”
Les jardins ont la cote Si certains agents immobiliers ne voient pas d’effet Covid particulier sur les critères de recherche de biens, d’autres constatent un appétit accru pour les surfaces extérieures. Parfois traumatisés d’avoir dû vivre deux mois enfermés dans un appartement, les acquéreurs recherchent davantage d’espace. “Certains propriétaires qui avaient l’intention de vendre leur maison trois ou quatre façades hors de la ville choisissent de la garder un peu plus longtemps que prévu pour en profiter”, souligne Kim Ruysen. “D’autres tiennent compte du lockdown dans leur recherche. Ils veulent absolument une terrasse ou un jardin.”

“Dans mon agence, j’ai plus de demandes pour des maisons qu’avant la crise, même si les appartements avec terrasse restent prisés”, explique Caroline Lejeune, également directrice de l’agence immobilière liégeoise Liboy Lejeune. “L’effet de rattrapage actuel ne peut pas expliquer à lui seul la frénésie ambiante. Je pense que la frustration de ne rien avoir pu acheter pendant le confinement, ni faire des projets, participe à l’engouement général.”
La mobilité semble, par contre, moins au premier plan pour une catégorie d’acheteurs. “Elle a moins d’impact sur le processus décisionnel. Il y a eu moins de problèmes de mobilité ces dernières semaines. On valorise à nouveau les biens à la campagne, dans des zones moins desservies”, soutient Kim Reysen. “En retournant à une situation plus calme et avec plus de recul, il n’y aura sans doute pas de vrai changement de comportement chez les consommateurs en immobilier. On va revenir aux fondamentaux, à savoir la qualité des espaces, la clarté ou le retour vers l’urbain”, tempère Éric Verlinden.

THIBAUT Florence, L’effervescence se poursuit dans les agences immobilières, La LIBRE ECO, 11 juin 2020.

Documents